Chantal Lamarre:   « Je veux être une aînée qui ne pensera pas constamment à son âge! »

« Ça fait longtemps que je m’intéresse aux aînés, dit-elle, j’ai quand même fait durant cinq ans l’émission Les Trois Mousquetaires. Elle ne s’adressait pas nécessairement aux aînés, mais ceux qui venaient y assister, c’était en majorité des groupes d’âge d’or. Moi, j’ai des affinités avec les deux groupes : avec les tout, tout-petits, et les aînés. Pour les autres, c’est : « Gérez-vous, vous êtes des adultes responsables et autonomes », dit-elle en riant. Je pense que j’ai plus d’indulgence avec les deux extrêmes, dans les âges de la vie.

 

Tu es toi-même une aînée?

Oui, j’en suis une, j’ai 61 ans. Je suis la jeunesse, je suis la verdeur des aînées! dit-elle en souriant. Je ne suis pas en déni de ça du tout, il faut embrasser ça.

« La clé pour bien vieillir, ce sont les amitiés. Il faut que tu gardes ton réseau social fort, il faut l’entretenir, gâter tes amis, leur montrer que tu penses à eux »

 

Quel genre d’aînée penses-tu être dans 10 ans? Aussi active que maintenant?

Ça, c’est un souhait, une projection qu’on fait. On veut être un aîné qui ne pense pas constamment à son âge. Il faut être un peu désinvolte, savoir qu’on a assez d’argent, parce que ça, j’imagine que c’est le nerf de la guerre. Il ne faut pas que tu sois en train de tout calculer et d’essayer de projeter combien d’années il te reste. Il faut que tu travailles là-dessus un peu toute ta vie pour avoir ce dont tu as besoin. Je n’ai jamais eu l’intention de me retrouver avec un catamaran dans les Antilles françaises et jouer au golf tous les jours. Ce qui me comble dans la vie, je pense que c’est la curiosité. Si toute ta vie tu t’es dit : « Le jour où j’aurai un peu de temps, je sais que je lirai davantage, je serai au théâtre trois soirs par semaine, je ne manquerai pas un film qui m’interpelle »,  tu tasses ça, parce que tu n’as pas le temps et que tu as autre chose à faire. »

 

Quelle est la clé, selon toi, pour bien vieillir?

Je l’ai identifiée, ce sont les amitiés. Il faut que tu gardes ton réseau social fort, il faut l’entretenir, gâter tes amis, leur montrer que tu penses à eux. T’as ta famille qui est ta racine, mais plus tu vieillis, plus tu polis et plus tu chéris ton réseau d’amis pour bien vieillir. On n’est pas à l’écart de la maladie, on va vivre des deuils, et tout ce qui se passe dans le monde est absolument ahurissant et préoccupant tous les jours. Mais il faut regarder ce qui peut faire de nous des vieilles personnes épanouies, éblouies et ravies, et avec un goût de vivre et un appétit fort! Il faut revenir à notre jeunesse. C’est d’être dépassé qui fait vieillir, c’est de ne plus avoir l’impression de faire partie à la marche du monde. Si tu réussis à t’indigner un petit peu, à avoir du fun même si c’est différent, à communiquer avec du monde que tu aimes et avoir de leurs nouvelles, ça te remplit le corps et l’âme.

Tu es maintenant grand-mère?

Bien non! Agathe a eu vingt-et-un ans et Timothée a dix-neuf ans. J’espère ne pas être grand-mère pour le moment, ce ne serait pas une bonne nouvelle. Mes enfants vont bien et Timothée vit avec nous et il est encore aux études. Il a l’intention de faire un peu comme sa soeur qui a étudié en Europe et qui retourne à la fin du mois d’août se perfectionner comme sommelière à Bordeaux dans une école spécialisée. Son frère voudrait, lui, aller étudier l’allemand à Berlin. Je crois qu’il a été épaté par le parcours de sa soeur et il s’est levé un matin en disant : « Aie, moi aussi ça me tente de faire ça! » Ce sont deux curieux globe-trotters qui s’épanouissent et c’est le fun.

La saison d’Infoman est terminée, mais cet été, tu vas jouer sur scène?

Oui, on reprend Les Nonnes, c’est vraiment le fun. C’est l’affaire qu’on n’attendait plus personne parce que la pandémie est arrivée. Après avoir joué l’été, on avait une belle tournée prévue, mais est arrivé ce que tout le monde sait. On s’est dit que ça ne se pourrait plus, mais tout à coup, Marc-André Coallier est revenu avec ce show-là. On va jouer à Sainte-Thérèse du 25 juillet au 3 août, puis on ira finir l’été à la Marjolaine, à Eastman. On va ensuite faire une tournée à l’automne. On est bien contentes, il s’est quand même passé presque cinq ans sous les ponts, et il faut se remettre dans les pieds le gombo, la claquette, le chant, et recommencer à faire des vocalises. C’est une super discipline. Écoute, je regarde les chorégraphies assise sur le sofa et je fais : « Hé boy! » Je suis en forme physiquement, mais tu sais, la danse, on dirait que plus jeune on pognait ça bien plus vite! Je le sais, j’ai un peu cette compétence transversale là, j’ai une espèce de mobilité dans le corps qui peut aller beaucoup plus loin. Heureusement que je travaille ça tout le temps pour moi, mais pas parce que j’ai l’intention de déménager à Broadway! C’est dommage, je serai passée à côté de ça, j’aurais vraiment aimé ça, j’en suis convaincue. Je me remets donc à la danse et au chant, je chante en faisant la vaisselle et fort dans mon char.

Chantal Lamarre sera de retour à Infoman cet automne, la populaire émission en sera à une 25e saison. Sinon, la comédienne en elle ne dirait certainement pas non à des propositions pour défendre des rôles, entre autres à la télé.

 


 

Vous aimerez certainement