Il a quitté la France pour adopter le Québec et les animaux du Parc Safari! On entend parfois parler de personnes qui ont décidé de quitter leur pays pour suivre leur passion, vivre une nouvelle aventure sur une terre dont ils sont tombés amoureux. C’est le cas de Aurélien Berthelot, d’origine française, qui est le directeur zoologique du Parc Safari depuis quatre ans.

 

Monsieur Berthelot était responsable animalier au parc animalier de Courzieu en France, dans le département du Rhône, lorsqu’il a décidé de venir s’installer au Québec. D’abord, qu’est-ce qui l’a incité à vivre et travailler au Québec? « Plein de choses, dit-il. Tout d’abord, venir vivre au Canada m’intéressait, j’aime le côté nature, parce que je suis passionné de pêche, de chasse et d’animaux. Mes capacités professionnelles m’ont permis de rebondir pour arriver jusque là et avoir l’opportunité de venir travailler au Parc Safari. Il y avait longtemps que j’avais envie d’être ici et de découvrir la flore et la faune », dit-il.

Celui qui occupe un poste clé au Parc Safari était venu chez nous à plusieurs reprises auparavant, notamment parce qu’il est passionné de fauconnerie et de chasse au vol. « Dans le milieu de la fauconnerie, j’ai rencontré énormément de Québécois depuis une dizaine d’années, et aussi des gens en Ontario et en Saskatchewan. Ça m’a permis de connaître des fauconniers et d’avoir accès à un réseau qui était déjà en place, et ça s’est développé au cours des années. Il y a même des gens qui sont venus me voir en France. Petit à petit, mon réseau s’est fabriqué et mon envie de venir ici s’est accentuée, et j’ai adopté le Québec! » raconte celui qui est venu seul s’installer chez nous.

Aurélien Berthelot raconte quels ont été les incitatifs pour qu’il accepte de travailler au Parc Safari, et quelles sont les caractéristiques qui font en sorte que l’endroit se distingue. « D’abord, qu’il y ait des animaux d’Afrique au Québec, c’est déjà un peu un défi professionnel dans le fonctionnement. Il y a aussi la culture qui est complètement différente ici de celle qu’il y a en Europe. Les opportunités de développer ma carrière étaient là, parce que je n’avais jamais eu l’occasion de travailler avec la faune africaine. Je suis un passionné des animaux, et c’est une chance de pouvoir faire un métier qui nous passionne, d’être en contact avec tous les animaux du parc. »

Son travail est-il plus facile à faire ici que ce qu’il devait faire en France? « Non, ce n’est pas forcément plus facile, c’est complètement différent sur les façons de pratiquer, d’agir et de fonctionner. Est-ce que c’est plus facile? Non, il y a des avantages et des inconvénients partout. »

 

 

Une famille de kangourous roux!

Il y a du nouveau au Parc Safari pour cette 52e saison qui va vous faire bondir de joie! « La nouveauté de cette année est qu’on a six kangourous roux (deux mâles et quatre femelles) qui sont entrés, quatre femelles et deux mâles qui sont venus rejoindre toute la compagnie de nos animaux, pour le plus grand plaisir des visiteurs. Ils sont à la ferme des cinq continents. Les kangourous viennent de différents établissements zoologiques en Ontario et au Québec. C’est un projet sur lequel on travaillait depuis un an et demi, le temps de le concevoir, de le réfléchir et de voir ce qu’il était possible de faire. Ce sont des animaux qui sont jeunes, et on aimerait bien qu’il y ait des kangourous qui naissent. Pour l’instant, on va leur laisser la première année pour s’adapter et s’acclimater, et petit à petit, ils vont pouvoir se faire implanter et nous offrir la naissance d’un ou deux bébés. »

Quand je vous disais qu’il était passionné par son métier, Aurélien confie que son travail au Parc Safari n’a rien de routinier, ce qui constitue un avantage à ses yeux. « Tu entres au travail le matin, et chaque jour, ça va être une nouvelle aventure, il arrive toujours quelque chose. Mon travail m’amène à superviser tous les services de la zoologie, et là-dedans, j’ai un service qui s’appelle Santé animale, qui s’occupe de la santé et de la gestion des animaux. »

En prévision de votre visite au Parc Safari, sachez que pour la première fois en cinquante ans, le Safari Aventure sera exclusivement assuré par des camions de brousse inspirés des safaris africains, qui peuvent chacun accueillir 50 personnes. On va ainsi réduire le nombre de véhicules sur le site, ce qui constitue un pas de plus pour la préservation de la biodiversité. « Les kangourous et les camions de brousse sont les deux principales nouveautés de cette année. Les camions de brousse sont gratuits, précise Aurélien Berthelot, les visiteurs peuvent faire un tour comme ils peuvent en faire dix. Et bien sûr, il y a tous les animaux au parc qu’il ne faut pas rater, en plus des glissades d’eau qui sont toujours très populaires, et on prévoit une réouverture de la section des fauves durant l’été », ajoute-t-il.

Rappelons que grâce à l’expérience Safari Aventure, vous pourrez approcher et voir sur le site environ 300 animaux en libertés. On compte neuf camions électriques silencieux, et des informations au sujet des animaux sont prodiguées aux visiteurs qui prennent place à bord des véhicules.

Visitez le site du Parc Safari parcsafari.com

 


 

RECOMMANDÉ POUR VOUS

Elena et Evgeny Korovin. Au Québec depuis 10 ans: Une intégration pleinement réussie !